IF2R - synthèse de nos positions depuis 3 ans

Lundi 28 mars 2016, par Secrétaire Académique // Commission carrière

Il doit être de bon ton en ce moment de tirer sur le SNPDEN-UNSA !

Produire de temps à autres un texte approximatif bourré d’erreurs est une pratique usuelle que les personnels de direction connaissent bien. Le SNPDEN-UNSA a choisi un autre syndicalisme mais Il est bon de rappeler quelques vérités à ceux qui passent les bornes.
Nous n’évoquons pas ici des organisations de personnels de direction dont l’expression publique, lors des réunions académiques, consiste à affirmer leur total accord avec les positions défendues par le SNPDEN-UNSA, car cela est dans l’intérêt de toute la profession.
Nous évoquons ici une organisation qui n’existe surtout qu’au moment des élections professionnelles - essentiellement pour intenter des recours contentieux à la suite de résultats non significatifs - et dont l’action se réduit à prendre des libertés avec la réalité des faits.

Nous travaillons depuis 3 ans à corriger les choix rectoraux concernant l’IF2R.
On peut regretter que les différents Recteurs ne nous aient pas encore entendus. On peut s’impatienter devant le manque de résultats actuels. On ne peut pas contester notre position. On ne peut pas nier la clarté et le nombre de nos interventions. Elles sont très régulières et en direction de tous : adjoint et faisant fonction, notamment.

Voici le rappel de nos mandats nationaux et académiques :

  •  Neutralisation de la part R de l’IF2R avec l’attribution de 2000 euros pour tous.
  •  Demandes depuis 3 ans de l’attribution de 2000 euros pour les adjoints par alignement sur le montant des chefs. 

Voici les principaux moments où nous sommes intervenus sur ce sujet :

Les compte-rendus et interventions ont été envoyés à nos adhérents.

Dans le même temps les représentants nationaux du SNPDEN ont œuvré auprès de la DGRH du ministère afin que les singularités cristoliennes soient effacées, quand elles n’étaient pas à l’avantage de l’ensemble des collègues.

A noter pour conclure que le SNPDEN-UNSA n’a pas adopté la même stratégie que d’autres organisations syndicales :

  • A enveloppe fermée – ce que nous regrettons – nous nous refusons à revendiquer 6000 euros pour quelques uns et rien pour les autres !
  • Nous exigeons l’ouverture de réelles négociations salariales ministérielles ainsi que des mesures à court terme en compléments de rémunération divers (indemnités du chef d’établissement d’accueil…)

Mesurons tout de même le chemin accompli depuis près de 25 ans, grâce au poids très important que vous nous donnez !
Nous continuons notre action.